Briser le silence  
     
  Il n'y a qu'une seule façon de s'en sortir : en parler pour briser le silence.
 
     
  Briser le silence, c'est en parler
et être entendue pour la première fois.
 
  Quand quelque chose ne va pas, on lance toujours des signaux de détresse, même sans s'en rendre compte. Lorsque ceux-ci ne sont pas entendus, reçus, c'est comme si on n'avait rien dit, comme si rien ne s'était passé. On oublie.

Il y a eu plein de "premières fois" où j'ai essayé d'en parler... mais celle que je retiens comme étant la première, est celle où, pour la première fois, on m'a crue sur parole.
     
  C'est le premier pas pour s'en sortir. Et ça change tout !  
  Garder sa souffrance pour soi, c'est la voir empirer. Tant que l'on reste enfermée dans le silence, le viol continue, car on ne sort pas de la situation d'agression : le premier à nous imposer le silence est celui qui a refusé d'entendre qu'on disait non, et qui a quand même effectué les gestes non désirés.  
  En brisant le silence, on met ENFIN fin à l'agression.